Archive | LA MINUTE DE MON HOMME RSS feed for this section
Image

LA MINUTE DE MON HOMME / Matthieu Pigasse

19 Mai

Pigasse

 

Faites semblant d’avoir lu le bouquin de Pigasse.

Quoi, vous n’êtes pas au courant ? Matthieu Pigasse, le banquier qui aurait voulu être le chanteur des Clash (et qui à la place est passé par l’ENA, le cabinet de Fabius, est patron de Lazard et propriétaire du MONDE et des Inrocks), sort aujourd’hui Eloge de l’anormalité (Plon, 190 pages). Un défonçage de Hollande en règle.

Fiche de lecture.

La thèse : contrairement à la gauche au pouvoir il y a 30 ans qui, à partir du tournant de la rigueur de 1983, fut réaliste et courageuse, reconstruisant la croissance française en la fondant sur une désinflation compétitive (faire baisser nos prix pour vendre nos produits), Hollande et son gouvernement n’ont ni vision, ni volonté : « Quels sont nos objectifs et les moyens mis en œuvre pour les atteindre ? Cherchez, vous ne trouverez pas. » dit le banquier (de gauche).

Rien de bien neuf (on croirait vos copains de droite) ? Agreed. Restent quelques formules avec lesquelles vous devriez pouvoir faire un peu d’effet. Une est de Pigasse : « La normalité est devenue le déguisement de la passivité. » L’autre d’Hannah Arendt (et rappelée par le banquier) : « Le courage est la première de toutes les vertus politiques. »  Voilà voilà, il faut juste y croire…

Le chiffre qui résume tout, selon Pigasse : « En France, 6Mds€ sont engloutis chaque année dans les ronds-points, 2 sont consacrés à la seule décoration ».

Publicités
Image

LA MINUTE DE MON HOMME / Un peu d’économie….

15 Mai

 

Picketty

  Tout ce que vous devez savoir sur le Piketty, en moins de 90 secondes

Il aura fallu attendre la traduction en anglais du livre de Piketty (Le Capital au XXIe siècle) pour que sa notoriété explose. Qualifié d’ « économiste rock-star » par le Financial Time, acclamé par les foules et les prix Nobel d’économie à NY le semaine dernière, n°1 des ventes sur Amazon et décrit comme le livre économique le plus important du XXIe siècle, vous DEVEZ faire semblant d’avoir lu ces 700 pages hyper denses et chiffrées. Fiche de lecture.

La thèse centrale : historiquement, depuis l’origine du capitalisme libéral, le rendement (= la rentabilité) du capital est supérieur à la croissance. Conséquence : ceux qui sont propriétaires du capital (les riches) s’enrichissent plus vite que ceux dont le revenu provient du travail (dont la progression dépend de la croissance). Conclusion : le capitalisme n’est pas un système ou chacun a sa chance, mais un système qui, par nature, concentre de plus en plus la fortune dans les mains d’une aristocratie financière héréditaire. Bim !

Ce que Piketty propose : si on veut sauver nos systèmes sociaux (qui, qu’on le veuille ou non, capteront de plus en plus du PIB pour compenser l’inégalité du système), le capitalisme et, in fine, nos démocraties, il faut : 1) Une taxe exceptionnelle de 15% sur le capital, 2) 80% d’impôt sur les rémunérations au dessus 500.000$ (pour les faire disparaître), 3) Relancer l’inflation pour tuer la rentabilité du capital. Bim ! Bim ! Bim !

Rappel : pour la 1ère fois dans l’histoire de l’humanité, en 2014, les 85 individus les plus riches de la planète disposent d’autant d’argent que 50% de la population mondiale (3,5Mds d’individus)

Vidéo

LA MINUTE DE MON HOMME / Deux voyages…..

11 Nov

Par ce petit matin frisquet de novembre, mon homme a décidé de vous parler cinéma….tient comme c’est étonnant…..et comme vous allez le constater, il n’est pas « que » satisfait…..

Allez vas-y mon coeur, tu peux te défouler…..

gravity

Décidément non, je ne peux m’enthousiasmer à la vision d’un film qui n’est certes pas déplaisant mais reste avant tout un blockbuster minimaliste.
Le pitch semblait pourtant intéressant; deux astronautes à la dérive tentent de rejoindre leur navette perdue dans l’espace… Mais la faiblesse du scénario, la nullité des dialogues et le passage sans intérêt de Clooney entre deux pubs de Nespresso, rendent cet opus beaucoup trop poreux et finalement insignifiant. On ne retiendra que l’interprétation de Sandra Bulloch qui obtenait enfin un vrai rôle intéressant, malgré la répétition ennuyeuse de son footing intersidéral à la recherche de navettes spatiales…
Alors oui il reste de superbes images et la terre vue du ciel est sublime. Alors oui les effets spéciaux sont spectaculaires et la prouesse technique mérite d’être soulignée. Mais l’ennui, d’un film de seulement 90 minutes, arrive très vite… Une vraie occasion manquée.
Préférez dans le genre stratosphérique, Moon ou encore Space Cowboys et même l’imparfait Appolo 13… Mais surtout replongez avec délectation dans le vrai chef d’œuvre de Kubrick 2001 l’odyssée de l’espace.

En solitaire

Alors oui vous ne trouverez de ma part aucune objectivité. D’abord parce que l’on aperçoit les Sables d’Olonne (un peu), ensuite parce que le sujet repose sur la plus belle épreuve humaine sportive le Vendée Globe, enfin parce que l’on y retrouve François Cluzet qui est avec Vincent Lindon et quelques autres l’un des plus formidables comédiens actuels.
Cette histoire d’un marin en course en solitaire autour du monde est effectivement superbement soutenue par l’interprétation magistrale de Cluzet. Il est juste, sans pathos, simplement brillant et attachant. Et comme l’immense acteur qu’il est, dès que la caméra se rapproche en gros plan de son visage, il nous délivre une palette d’émotions emplie de subtilités.
Au delà de cette prouesse d’acteur, on ne peut que rester bluffer devant la réalisation de ce premier long métrage de Christophe Offenstein. Toutes les images ont été tournées en extérieur et dans des conditions réelles, 18 hommes à bord sur un bateau Imoca conçu pour recevoir la plupart du temps un seul marin… Du coup, la qualité, la splendeur de certains plans et la véracité des actions deviennent réalité.
Deux bémols tempèrent l’enthousiasme; le scénario demeure un peu trop consensuel et manque d’envergure pour nous transporter totalement, et surtout le sponsor du navire et donc du film (à savoir la DCNS, qui intervient dans le domaine de l’armement naval…) n’est pas le meilleur choix pour cette aventure emplie d’humanité.

Image

LA MINUTE DE MON HOMME / John Ford et le Western

2 Nov

Vous ai-je déjà dit que dans les multiples qualités de mon homme il y a celle-ci : il adore le cinéma et certains réalisateurs en particulier.

Alors forcément, en plus de regarder les films, il lit des livres sur les réalisateurs, les acteurs etc……Bref mon homme à moi, il est cultivé !!!!!! par contre il n’est pas bricoleur pour un sous…….mais ça, ça reste entre nous!!!!!!

A toi mon cow-boy de Provence……

couv John FordA LA RECHERCHE DE JOHN FORD

Joseph Mc Bride

 Actes Sud/ Institut Lumière

A tout Seigneur tout honneur! John Ford est le maestro incontesté et incontestable du cinéma. En plus de 50 ans de carrière, du muet au Technicolor, de son 1er film en 1917 (the Tornado) à son dernier (Les Cheyennes) en 1964, cet homme a fait le Cinéma ! On a pas inventé grand chose depuis, la technique alliée à une puissante sobriété ont fait de cet homme un inventeur hors pair et un metteur en scène exceptionnel. C’est lui qui a remis au centre de toute œuvre cinématographique le rôle prépondérant du réalisateur!
Joseph Mc Bride a consacré près de trois décennies à effectuer les recherches lui permettant d’écrire ce définitif ouvrage sur John Ford, rencontrant les principaux collaborateurs, amis, acteurs, réalisateurs, producteurs qui ont travaillé avec le « Boss » tel que tout le monde l’appelait. Après le déjà superbe travail de Partrick Brion aux éditions de la Martinière, ce livre de plus de 1200 pages est le plus subtil et complet ouvrage sur un auteur d’une sensibilité délicate, émouvante et même lyrique. Et pourtant le mystère reste entier car ce type était un rustre, mal dégrossi, qui ne répondait que par monosyllabes ou remarques énigmatiques et qui se contentait de dire que ce qu’il faisait c’était simplement  » a job of work » (un boulot). Ou mieux qui se présentait toujours ainsi: « my name is John Ford, I make westerns ».
La grâce a touché cet homme, lui qui a été capable d’enchaîner les chefs d’œuvre. Imaginez en trois ans il réalise successivement « les aventures de Marco Polo », « Patrouille en mer », « 4 hommes et une prière « , « la chevauchée fantastique » « vers sa destinée  » (young mister Lincoln), « sur la piste des Mohawks », « les raisins de la colère « ,  » les hommes de la mer », « qu’elle était verte ma vallée »!!! 3 années de 1938 à 1940 pour 9 splendeurs… Suivront de multiples films incroyables (la poursuite infernale, Dieu est mort, le massacre de fort Apache, le fils du désert, la charge héroïque, Rio Grande, Mogambo, la prisonnière du désert, les cavaliers, le sergent noir, L’homme qui tua Liberty Valance, la taverne de l’Irlandais…)
John Mc Bride interrogea un jour Orson Welles pour lui demander quels étaient ses trois metteurs en scène préférés. Sa réponse fut simple: John Ford, John Ford, John Ford!
Ce livre est une plongée dans l’Amérique du 20ème siècle traversé par un homme hors du commun, plongez-y avec délectation.


LA VIOLENCE ET LA LOI

Jean Collet

éditions Michalon le bien commun

Après le pavé précédent, un petit ouvrage en format poche qui se révèle passionnant puisque l’idée de cet universitaire, collaborateur aux Cahiers du Cinéma, repose sur l’étude de la violence dans le cinéma « fordien ». Ou comment ce réalisateur qui  a tourné de nombreuses situations violentes a inscrit cette violence dans un temps, celui du western et du conte. Répondre à la violence, c’est inventer une parole juste, une parole qui fait loi. Le cinéma de John Ford est cette parole ( revoyez en urgence « Young Mister Lincoln » avec Henry Fonda). Le parallèle entre cette parole et notre  civilisation comme une réponse possible à fournir face à la fascination de cette violence est toujours plus que que jamais d’actualité et fait de John Ford un cinéaste d’une modernité absolue et intemporelle.

image

CONVERSATIONS AVEC MARTIN SCORSESE

Richard Schickel

éditions Sonatine

Encore un gros pavé mais quel plaisir! Quel bonheur!! Pourquoi? Parce que Marty est sans conteste avec quelques rares cinéastes (au titre duquel on peut citer Tavernier) à tout connaître du cinéma.Plus qu’un cinéphile, sa culture est immense et son savoir encyclopédique. Il a tout vu, tout analysé, décortiqué chaque mise en scène à la fois des plus grands metteurs en scène européens comme américains mais aussi asiatiques… Il vit, il dort, il mange, il respire Cinéma!
Sur le modèle de « Hitchcock par Truffaut » et des « Conversations avec Billy Wilder », voici enfin le livre tant espéré. Cet échange entre l’un des plus grands critiques américains et cet auteur exceptionnel nous permet de revenir sur son parcours depuis son enfance à Little Italy à NY jusqu’à ses derniers films. L’auteur prolifique de tant de sublimes œuvres (Mean Streets, Taxi Driver, New York New York, Raging Bull, la Valse des Pantins, La couleur de l’argent, Les Affranchis, Casino, Kundun, Gangs of New York, Aviator…) nous livre sa vision originale du cinéma, de la culture et du monde d’aujourd’hui. Passionnant!

Image

LA MINUTE DE MON HOMME / De quoi lire pendant les vacances !!!!!

18 Oct

Bientôt les vacances d’automne…..moi je vais en profiter pour cuisiner et essayer de vous donner enviessss.

Mon homme, lui, vous suggère quelques livres sur fond historique :

 

Ligue

DANS LES GRIFFES DE LA LIGUE

de Jean d’Aillon

éditions Flammarion

Jean d’Aillon est aixois et écrit des romans policiers autour de l’histoire de France. Il a un talent incontesté pour rendre passionnant les intrigues historiques et ainsi détricoter certains secrets.
1er août 1589: Henri III est poignardé par le moine Jacques Clément. Olivier Hauteville, proche du roi de Navarre enquête. D’Aillon nous entraîne dans les arcanes des complots horribles de la Sainte Ligue et des sociétés secrètes. La coalition de toutes les forces catholiques du royaume pour s’opposer à l’arrivée du béarnais, protestant et futur roi Henri IV qui dit assiéger Paris pour accéder au trône. La grande Histoire qui se lit d’une seule traite et vous permet de remettre votre logiciel temporel à jour, j’adore! Et tellement utile pour se rappeler que l’Histoire balbutie perpétuellement!

Temple

LE SECRET DE L’ENCLOS DU TEMPLE

de Jean d’Aillon

éditions J’ai lu

Un autre pavé de d’Aillon mais cette fois il nous transporte en 1647 et la Fronde qui gronde remplace la Ligue… La France souffre en 1647, sous la régence et sous la coupe de Mazarin, les cabales se multiplient, le pouvoir se fissure. Le Parlement de Paris, poussé par la Bourgeoisie écrasée sous les impôts tente d’imposer une constitution limitant le pouvoir royal.
L’auteur a un vrai talent pour tutoyer la grande Histoire au travers de petites aventures qui ne sont finalement qu’un prétexte. Avec ses deux romans (voir « dans les griffes de la Ligue » ) il nous fait finalement comprendre qu’en moins de deux siècles, l’inéluctable se présentera et avec lui la fin d’un monde. La Ligue et la Fronde n’étant finalement que les prémices de 1789!

Il est trop fort mon homme…..mais chut !!!!!     c’est un secrêt !

 

Image

LA MINUTE DE MON HOMME / Idée de lecture

15 Oct

Aujourd’hui mon homme vous parle d’un livre……

De Kersauson

LE MONDE COMME IL ME PARLE d’Olivier de Kersauzon – éditions Cherche Midi
Je vais vous dire tout le bien de cet essai qui se veut récit, passion et approche philosophique. Déjà avec son précédent livre sorti il y a 3 ou 4 ans « Ocean ´ s Songs » il m’avait bluffé sur son talent d’écrivain précis et sans aucune fioriture. Là encore, comme tout vrai taiseux breton, il ne disserte pas pour le plaisir d’aligner les mots. Il cisèle ses phrases au laser de sa précision. Chaque mot est choisi et sonne juste. Il y a entre lui et les français, une vraie méprise. Personne ne sait qu’il est l’un des plus grands navigateurs et sans doute le recordman de tours du monde et donc de passages au Cap Horn. Sa vie c’est la Mer, la terre n’est qu’un point d’ajustement pour élaborer ses bateaux, il connaît chaque continent mais ne s’y engage jamais à plus de trente kilomètres de la côte à l’exception de Paris. Comme il aime l’affirmer: « il ne faut pas se méprendre: la terre commence là où la mer s’arrête – et pas l’inverse. La terre est un accident de l’océan. » Oubliez l’image du  » déconneur » bougon, râleur et misogyne. Cet homme vaut bien plus que cela et ce livre le prouve.

Image

LA MINUTE DE MON HOMME / Nouvelle rubrique

4 Oct

Dans « La minute de mon homme », ma moitié, le père de mes enfants nous donne son avis, nous fait partager un coup de coeur, nous déniche des merveilles……bref c’est mon homme qui fait l’travail, mais juste une minute……il ne faudrait pas non plus qu’il monopolise MON Blog !!!!!

Et comme c’est un homme qui est très cultivé, qui aime manger, qui partage volontiers une bonne bouteille, qui pense que travailler est La Vie, qui déteste le sport, qui rêve de belles voitures et qui est curieux…..stop……..je le laisse nous surprendre !!!!!

A toi mon coeur…..

Aujourd’hui, critique de livre :

Mittérand

LE CHAPEAU DE MITTERRAND

d’Antoine Laurain en poche éditions J’ai lu.

L’auteur de « fume et tue » et « ailleurs si j’y suis » n’ a pas son pareil pour rendre chaque roman jubilatoire. Daniel Mercier dîne seul dans une fameuse brasserie parisienne quand un illustre convive s’installe à la table voisine: François Mitterrand. En repartant le président oublie son chapeau et contre toute attente, Danile décide de se l’approprier… Tel un talisman le feutre noir ne tarde pas à transformer sa vie… Se succéderont une galerie de personnages pittoresques qui permet de dresser un fabuleux tableau de la France des années 80. L’écriture est directe, sans fioriture et précise. Ce petit roman s’avale avec la même délectation qu’un plateau de fruits de mer…

%d blogueurs aiment cette page :